Partagez | .
 

 Une bête en liberté (avec Andrée Alix)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Attention v'là l'Admin !
avatar

Appelez-moi

Messages : 138
Age : 23
Avatar : Blake Lively
Crédit : Arwene
Double Compte : non

MessageSujet: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   Dim 1 Sep - 20:21

- Je m'ennuie…

Ce furent les seuls mots que ma bouche autorisait à laisser sortir cet après-midi. Assise sur un banc, je scrutais tous les moscovites mener leur petite vie minable, et je souriais à l'idée de savoir qu'ils ne se doutaient même pas qu'une dangereuse criminelle psychopathe se trouvait près d'eux et qu'elle possédait maintenant d'autres outils pour tuer que les classiques couteau ou revolver. Je retins un petit rire pour ne pas me faire repérer, mais cette sensation était tellement jouissive.
Pourquoi j'étais dans ce parc ? Je n'en sais absolument rien. J'étais sortie de l'hôpital où j'avais obtenu mes pouvoirs, désireuse de me venger des scientifiques, mais j'avais aussi besoin de me reposer et de tester mes pouvoirs pour de pauvres innocents. Je me sentais un peu comme une déesse qui pouvait à tout moment déclencher l'apocalypse et cette puissance était juste… enivrante. À côté de moi, un adolescent galèrait à allumer sa clope avec son briquet qui ne marchait pas. Je me penchai alors vers lui et soufflai vers sa cigarette ; de ce souffle sortit une petite flamme qui alluma la tétine à cancer du garçon. Ce dernier me lança un regard abasourdi pendant que je lui faisais un clin d'oeil tout en me levant pour m'en aller.
Je me baladais dans le parc, les mains dans les poches, abordant toujours mon regard de psychopathe. Je n'avais pas de but précis, j'avais juste envie d'embêter la galerie. Ce que je fis quand j'eus augmenté "accidentellement" la puissance du feu d'un vendeur de gaufre avec la pensée. Les clients, paniqués, s'enfuirent du stand tandis que le vendeur tentait de comprendre le problème. Désolé vieux, mais franchement faut bien que je m'occupe ! Je ne me suis jamais demandé si je pouvais faire autre chose avec le feu, mais ce que je pouvais déjà faire me suffisait amplement.
Je continuais de me balader dans le parc sans but précis, quand tout à coup je bousculai une femme que je n'avais pas vue et qui allait dans l'autre sens. Une personne normale se serait juste excusé et aurait continué son chemin. Mais moi je ne suis pas une personne normale (et la normalité n'existe pas), donc je toisai froidement la femme et lui lançai un regard meurtrier. Finalement, j'aurai peut-être quelque chose à faire aujourd'hui...


(J'ai pas relu, donc désolée pour les fautes)





Aussi haut que l'on monte, on finira tous par des cendres
Au moment où un Homme prend la décision finale et irréversible de se tuer...c'est qu'il est déjà mort

Carte d'identité d'une meurtrière --> Mi chiamo Lucia C. Viazza...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Attention v'là l'Admin !
avatar

Appelez-moi

Messages : 418
Age : 24
Avatar : Charlotte Gainsbourg
Crédit : last.fm
Double Compte : aucun

MessageSujet: Re: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   Lun 2 Sep - 12:20

Une bête en liberté
Avec Lucia C. Viazza & Andrée Alix

Depuis que j'avais décidé de m'éloigner de ma fille afin de la protéger, je passais mon temps à errer dans les parcs comme un sans-abri, ce que, à bien y réfléchir j'étais devenu. Je glanais à manger où je pouvais, mais après avoir découvert un pouvoir que j'avais acquis, une sorte d'empathie animale, trouver de la nourriture se fit plus facile. Les animaux des parcs, vivants eux-mêmes du gâchis humain, ils m'aidaient lorsque j'avais faim. Maintenant que la nourriture n'était plus un problème il fallait que je trouve un moyen de me défaire de ce virus ou au moins d'éviter d'être contagieuse. Comme je ne sais toujours pas comment il se transmet, je me balade avec un foulard sur le nez et la bouche et, quand les gens sont intrigués par mon allure, je tousse pour faire croire que je suis malade. Les gens s'écartent alors très vite.

J'avançais dans ce parc quelconque tout en réfléchissant par où commencer quand mon épaule rentra en collision avec une jeune femme c'est tout naturellement que je dis :
"Excusez-moi."
J'allais continuer ma route lorsque je vis le regard qu'elle me lançait, ce n'est pas spécialement son regard froid et colérique qui me fit m'arrêter, mais plutôt l'étrange sensation de l'avoir déjà vu.
"On ne se serait pas déjà croisé ?"

Mon russe était assez approximatif, mais j'arrivais à me faire comprendre.

© HeleneM


Dernière édition par Andrée Alix le Mer 4 Sep - 20:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://testcss.forumpro.fr/h1-accueil

Attention v'là l'Admin !
avatar

Appelez-moi

Messages : 138
Age : 23
Avatar : Blake Lively
Crédit : Arwene
Double Compte : non

MessageSujet: Re: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   Lun 2 Sep - 22:06

- On ne se serait pas déjà croisé ? me demanda la femme que je venais de bousculer.

Mes yeux s'arrondirent de surprise. Que me voulait cette femme ? Si elle souhaitait faire connaissance avec moi, c'était la méthode la moins appropriée. Déjà croisé, sûrement pas. Mais elle m'avait sûrement déjà vu à la télé dans les faits divers en tant que meurtrière condamnée à mort. Quoique... Cela m'étonnait qu'elle eusse regardé les infos nationales russes vu l'accent qu'elle avait. Elle ne devait pas être du coin celle là. Ça me plaisait. J'ébauchais un petit sourire à l'inconnu, mais de l'extérieur ça devait plutôt donner un sourire de psychopathe. Qui pouvait bien être cette personne ? Une étrangère très certainement, à moins que ce soit une très bonne actrice. À moins que... Une idée vint à mon esprit, même si elle paraissait complètement loufoque. Une scientifique partie à ma recherche ? Cette hypothèse me paraissait peu probable, mais je devais quand même être sûre que cette femme ne me voulait pas de mal.
Ou alors...
Ou alors je continuais mon chemin comme si de rien n'était, comme une impolie.
Oh et puis non ! Je voulais absolument savoir qui elle était. Et puis si elle se montrait hostile envers moi, au pire en deux secondes je pouvais la transformer en barbecue géant grâce à mon pouvoir de dragon.
Je me dressai alors devant elle et croisai les bras en signe de défi. Puis, avec un air mesquin, je lui posai cette simple question :

- Ça dépend... Où est-ce que vous pensez m'avoir croisé ?

Je n'étais pas assez bien concentré pour articuler la phrase, donc ça donnait plutôt "Ça dépend... O est-ce que vo pennsez m'avoirr crroisé ?" Au pire, je perdais tout ma crédibilité ; au mieux, j'ai un petit accent mafieux qui pouvait faire frissonner. J'émis un petit rire et continuai, avec l'accent adéquat :

- Mais si je vous avais déjà croisé, je l'aurais déjà remarqué. J'ai une bonne mémoire des visages.





Aussi haut que l'on monte, on finira tous par des cendres
Au moment où un Homme prend la décision finale et irréversible de se tuer...c'est qu'il est déjà mort

Carte d'identité d'une meurtrière --> Mi chiamo Lucia C. Viazza...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Attention v'là l'Admin !
avatar

Appelez-moi

Messages : 418
Age : 24
Avatar : Charlotte Gainsbourg
Crédit : last.fm
Double Compte : aucun

MessageSujet: Re: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   Mar 3 Sep - 19:59

Une bête en liberté
Avec Lucia C. Viazza & Andrée Alix

"Ça dépend... Où est-ce que vous pensez m'avoir croisé ?
Mais si je vous avais déjà croisé, je l'aurais déjà remarqué. J'ai une bonne mémoire des visages."


Je réfléchissais, j'étais sûre de l'avoir déjà vu quelque part, mais où ? C'était bien la question...
"Attendez ça va me revenir."

Je continuais à réfléchir pendant encore quelques minutes, les gens continuaient à passer autour de nous, nous regardant étrangement et, une idée me vint, il me semblait l'avoir vu pendant ma fuite, mais tout était si flou à ce moment, que je ne pouvais en être certaine. Je me souvenais m'être éveillé dans une pièce, je sentais la proximité des autres corps, certains s'étaient déjà réveillés et exploraient les lieux, l'amas de "cadavre" que nous aurions dû être, se mettait en mouvement, sans savoir qui en était responsable, nous vîmes la porte s'ouvrir et, l'effet entonnoir se produisit. Qu'est-ce que l'effet entonnoir ? Et bien, c'est quand une foule veut traverser une porte. C'est un effet entonnoir. Je me mêlais donc à cette foule, sur le chemin de la sortie, des gardiens voulurent nous contenir, mais de toute évidence il ne s'était pas attendu à ce que nous nous échappions. Certains des évadés, utilisèrent leurs pouvoirs pour tuer les gardiens, mais sur le coup, personne ne se rendit vraiment compte de ce qu'il se passait.  Et, il me semblait donc l'avoir aperçu durant ce chaos, il fallait que je lui demande, mais je ne pouvais décemment pas poser la question comme ça, un peu de discrétion s'imposait. En tout cas, elle ne pouvait faire partie des gardiens, la plupart ayant été tués alors que nous nous échappions.

Je finis par lui demander presque en chuchotant :
"Est-ce que vous avez récemment participé à un test ? Un test qui vous aurez... plus ou moins changé."

La jeune femme lui paraissait particulièrement antipathique, mais cette impression de la connaître était si forte, que ça nécessitait des réponses.

© HeleneM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://testcss.forumpro.fr/h1-accueil

Attention v'là l'Admin !
avatar

Appelez-moi

Messages : 138
Age : 23
Avatar : Blake Lively
Crédit : Arwene
Double Compte : non

MessageSujet: Re: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   Mar 3 Sep - 21:02

Ma femme qui avait décidé d'ouvrir la conversation avec moi me demanda si j'avais pratiqué un test récemment. Mes yeux s'écarquillèrent lentement, réalisant que cette femme avait un lien encore inconnu avec le parasite qui circulait dans mes veines. Je commençai à paniquer un peu, pensant qu'elle venait me chercher pour m'interner à nouveau, mais je me calmai rapidement en réalisant que si elle voulait me capturer elle aurait utilisé d'autres moyens, du genre pistolet sur ma tempe. Si elle était au courant de ce virus, elle faisait peut-être parti de mes compagnons de galère transformés en créatures surnaturelles, ou alors elle faisait partie des volontaires un peu maso sur les bords qui ont accepté d'offrir leur corps à la science.
Elle aurait pu être aussi une petite fouineuse qui aurait découvert un secret qu'elle n'aurait pas dû.
Je baissais la tête avec un air mélancolique, presque pathétique, en pensant que je n'étais plus une personne normale. Pourquoi fais-je ça ? Peut-être mon reste d'humanité qui s'exprimait enfin. Je voulais en profiter un peu avant que le monstre ne reprenne le contrôle.

- Oui effectivement, j'ai participé au test... marmonnai-je avec une voix triste.

C'était agréable comme sensation de se sentir humaine à nouveau. Je n'avais plus ressenti ça depuis longtemps... depuis mon internement en fait. Mais cette sensation ne dura pas, comme si Lucia la psychopathe était juste allé fumer une clope pendant quelques minutes, laissant l'ancienne Lucia prendre le contrôle quelques minutes. Mes poings se serrèrent, se crispèrent même, et je relevai la tête, abordant mon visage colérique habituel. Je fixai de nouveau la femme, qui devait me prendre pour une schizophrène et lui sortit en prononçant lentement :

- ... mais on m'y a obligé.

Pour ponctuer ma phrase, des petites flammes sortirent de mes narines, comme si j'étais un dragon. Puis j'agrippai l'écharpe de mon interlocutrice, la forçant à se rapprocher de mon visage, et lui susurrai ces mots, tenant de contenir ma colère :

- Comment êtes-vous au courant ? Qui êtes vous ?

Des flammes sortirent de nouveau de mes narines. Et si mes yeux pouvaient s'enflammer, ils le feraient.





Aussi haut que l'on monte, on finira tous par des cendres
Au moment où un Homme prend la décision finale et irréversible de se tuer...c'est qu'il est déjà mort

Carte d'identité d'une meurtrière --> Mi chiamo Lucia C. Viazza...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Attention v'là l'Admin !
avatar

Appelez-moi

Messages : 418
Age : 24
Avatar : Charlotte Gainsbourg
Crédit : last.fm
Double Compte : aucun

MessageSujet: Re: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   Mer 4 Sep - 20:44

Une bête en liberté
Lucia C. Viazza & Andrée Alix

J'avais visé juste, à peine j'avais fini de poser ma question, que les yeux de mon interlocutrice s'écarquillèrent, puis elle me confirma qu'elle avait effectivement servi de cobaye, mais contre son grés, je ne savais pas qu'il y avait eu des tests de ce genre. Mais je n'eus pas le temps d'y réfléchir plus longtemps, la jeune femme sembla s'énerver et me saisit par mon écharpe :
"Comment êtes-vous au courant ? Qui êtes-vous ?"

Je pus constater, qu'elle avait également acquis un pouvoir à cause du test, il avait un rapport avec le feu. Je laissais mon écharpe dans ses mains afin de me dégager de son emprise avant de lui répondre d'un ton suffisamment calme :
"Je suis au courant parce que j'ai été suffisamment stupide pour participer à ce test. Je ne savais pas que des tests avaient été faits sur des personnes non consentantes. Est-ce que ça vous direz qu'on s'assoit pour discuter ?"

Je me dirigeais vers un banc un peu plus loin dans le parc tout en restant plongé dans mes pensées, comment un organisme scientifique pouvait-il contraindre des personnes à servir de cobayes, il devait avoir des moyens illimités, le mieux serait que je puisse communiquer avec mon beau-frère, mais c'était bien trop risqué, j'étais repartie de la maison juste à temps pour ne pas retourner de suite à la case laboratoire. Heureusement qu'il a tout de même des valeurs familiales, sinon il se serait sans doute servi de ma fille pour tenter de me ramener. En tout cas, ce laboratoire devait avoir énormément de moyens et d'influence étant donné qu'il se situe en plein cœur de Moscou.

© HeleneM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://testcss.forumpro.fr/h1-accueil

Attention v'là l'Admin !
avatar

Appelez-moi

Messages : 138
Age : 23
Avatar : Blake Lively
Crédit : Arwene
Double Compte : non

MessageSujet: Re: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   Dim 8 Sep - 13:06

La réponse que m'offrit la jeune femme me rassura à moitié. À moitié parce qu'elle était aussi une "victime" du poison qui circule dans mes veines, mais je restais méfiante car que je ne savais pas quelles étaient ses vraies intentions. Après tout, elle avait de plein grès participé à ce test ! Et je ne savais pas encore quels étaient les pouvoirs des "volontaires". Les gens de ma catégorie pouvaient contrôler les éléments, peut-être que les autres avaient des pouvoirs un peu plus spéciaux, plus puissants. Ou alors ils n'en avaient pas.
Mon interlocutrice me proposa de s'asseoir sur un banc. Donc elle ne savait vraiment pas qui je pouvais être... Elle ne savait pas que j'étais potentiellement dangereuse, que j'étais une condamnée à mort. Ou alors elle n'avait pas peur. Cela m'intriguait et me poussait à m'asseoir à côté d'elle.
De manière nonchalante, je me poussai à côté d'elle et la regardai avec un regard méfiant. Les minutes qui suivront définiront la relation que j'aurais avec cette femme, chaque mot était important. Devant le caractère de mon interlocutrice, je décidai de la jouer franche. Je fis tournoyer une mèche de cheveux dans mes doigts et regardai au loin, tandis que je prononçai lentement cette phrase :

- Je tiens à vous prévenir tout de suite : le gouvernement russe ne m'a pas kidnappé chez moi pour me faire subir ce "test". Si je suis dans cette situation, c'est parce que je l'ai mérité. Enfin… Disons que le mec qui a essayé de me braquer a bien mérité ce qu'il lui est arrivé, et le gouvernement m'a bien remercié, ainsi que les autres meurtriers du pays. Si je ne vous intimide pas, je veux bien discuter avec vous : vous m'intriguez.

Je sentais que la discussion allait être intéressante, du moins si la femme ne se barrait pas en courant.





Aussi haut que l'on monte, on finira tous par des cendres
Au moment où un Homme prend la décision finale et irréversible de se tuer...c'est qu'il est déjà mort

Carte d'identité d'une meurtrière --> Mi chiamo Lucia C. Viazza...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Attention v'là l'Admin !
avatar

Appelez-moi

Messages : 418
Age : 24
Avatar : Charlotte Gainsbourg
Crédit : last.fm
Double Compte : aucun

MessageSujet: Re: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   Ven 27 Sep - 16:08

Une bête en liberté
Lucia C. Viazza & Andrée Alix

La jeune femme que j'avais rencontrée par hasard s'assit à mes côtés. Sans le savoir nous nous étions donc déjà vu, mais dans des circonstances assez peu communes, nous étions donc en train de nous découvrir. Elle se mit à parler, son regard se perdant au loin :

"Je tiens à vous prévenir tout de suite : le gouvernement russe ne m'a pas kidnappé chez moi pour me faire subir ce "test". Si je suis dans cette situation, c'est parce que je l'ai mérité. Enfin… Disons que le mec qui a essayé de me braquer a bien mérité ce qu'il lui est arrivé et le gouvernement m'a bien remercié, ainsi que les autres meurtriers du pays. Si je ne vous intimide pas, je veux bien discuter avec vous : vous m'intriguez."

Je ne compris pas le tout de sa phrase, je ne savais si c'était ma connaissance du russe ou la sienne qui était en cause, mais je saisis l'essentiel. Elle était coupable de meurtre et, la peine de mort étant toujours d'actualité, elle devait être condamnée à cette peine. Je réfléchissais donc à voix haute :

"Ils ont donc effectué le test sur des condamnés, le but devait être de les tuer, mais quel était le but du test sur les volontaires ? C'était sans doute lié, puisque nous nous sommes retrouvés au même endroit."
Soudain je réalisais que mes pensées étaient sorties de ma bouche, je m'adressais à ma camarade de galère :
"Peu importe ce que vous étiez, aujourd'hui nous sommes toutes les deux victimes de ce laboratoire, qui d'après vos dire, est financé par le gouvernement. Et tant que vous n'avez pas l'intention de me tuer ou de me brûler vive, vous ne me dérangez pas. Au faites, moi c'est Andrée."

Avant peut-être, aurais-je eu plus de réticence à l'égard d'une personne ayant tué, mais aujourd'hui, j'avais besoin d'allier si je voulais trouver une solution à mon problème et revoir ma fille sans risque de la contaminer.

"Vous saviez que ce truc qu'ils nous ont injecté est contagieux ? Je ne sais pas comment ça se transmet, c'est pour cela que je me suis exilé."

© HeleneM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://testcss.forumpro.fr/h1-accueil

Attention v'là l'Admin !
avatar

Appelez-moi

Messages : 138
Age : 23
Avatar : Blake Lively
Crédit : Arwene
Double Compte : non

MessageSujet: Re: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   Sam 26 Oct - 21:48

Ce personnage m'intriguais de plus en plus. Je n'avais aucune envie de la tuer, enfin par pour le moment, mais je voulais juste… la comprendre. Elle ne semblait pas intimidée par le fait que je sois une meurtrière, ce qui m'intéressait aussi au plus haut point, et peut-être que je pouvais l'utiliser afin d'accomplir ma vengeance envers les scientifiques qui voulait m'éliminer. Mais d'abord, je devais savoir ce qu'elle cachait sous son écharpe. Première étape : gagner sa confiance.

- Moi c'est Lucia Caterina. Non native, comme vous pouvez le constater et désireuse de me venger des scientifiques qui m'ont refilé cette merde. Je ne cherche pas personnellement à en savoir plus, je veux juste punir ces personnes qui ont voulu retirer la vie de plusieurs personnes.

Me rendant compte que ce que je venais de dire n'était pas cohérent avec mon statut de meurtrier, j'émis un petit rire et repris :

- Oui c'est complètement paradoxal ! Si je suivais ça, je serais en train de m'auto-mutiler. Mais tuer des personnes avec un virus, je trouve ça inhumain ! Ils payeront pour ce qu'ils ont fait.

Maintenant que mes plans étaient dévoilés à ma future complice, je pouvais essayer d'en savoir un peu plus sur elle de façon implicite. En plus, peut-être que cette femme pouvait me tuer avec l'anti-virus qu'elle portait en elle. Comment cela pouvait se transmettre d'ailleurs ? Je me posais la question en sachant que je possédais le pouvoir de tout détruire. Qui pouvait contrôler mon élément à cause de moi ? Je réfléchissais de plus en plus et me disais que la transmission ne pouvait être par voie orale, sinon j'aurais déjà créé plein de pyromanes. Mon virus se transmettait sûrement par voie sanguine, une sorte de SIDA des temps modernes, à la différence près qu'on ne savait pas si on pouvait en mourir. Je fis tournoyer une mèche entre mes doigts et me mis à marmonner rapidement des paroles qui pouvaient être incompréhensibles pour ma voisine. J'essayais de me souvenir de tous les moments où j'étais en contact avec des gens, afin de vérifier ma théorie de la transmission, et vraiment la réponse me semblait évidente. Je regardais l'écharpe de mon interlocutrice et émis un petit rire :

- A mon avis, tu peux retirer ton écharpe ma chère ! Je ne pense pas que j'eusse contaminé d'autres personnes par voie respiratoire, donc je ne vois pas pourquoi ça serait différent pour toi ! D'ailleurs, je ne demande bien quel élément tu peux bien contrôler… A moins que tu n'aies un autre pouvoir étrange et inexpliqué, du genre qui te fais te prendre sur un être supérieur.

Peut-être que mon petit sourire en coin que j'abordais à la fin de ma phrase pouvait trahir mon état d'esprit quant à la réponse d'Andrée, mais bon si j'obtenais les réponses que je voulais, ma vengeance pouvait prendre forme.






Aussi haut que l'on monte, on finira tous par des cendres
Au moment où un Homme prend la décision finale et irréversible de se tuer...c'est qu'il est déjà mort

Carte d'identité d'une meurtrière --> Mi chiamo Lucia C. Viazza...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Attention v'là l'Admin !
avatar

Appelez-moi

Messages : 418
Age : 24
Avatar : Charlotte Gainsbourg
Crédit : last.fm
Double Compte : aucun

MessageSujet: Re: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   Ven 22 Nov - 19:04

Une bête en liberté
Lucia C. Viazza & Andrée Alix

Mon interlocutrice s'appelait donc Lucia, je n'étais pas tout à fait à l'aise avec son statut de meurtrier et encore moins après qu'elle ait avoué avoir l'intention de se venger. Je n'avais jamais été pour la violence, mais je devais admettre qu'elle serait sans doute nécessaire, en tout cas, le gouvernement, puisqu'il semblait que c'était lui qui était à l'origine de tout ça, ne prendrait pas de pincette. Je ne savais pas encore s'il souhaiterait nous capturer vivant pour continuer les expériences ou bien s'il allait chercher à nous tuer. Dans les deux cas je restais sur mes gardes. Et même si la théorie de Lucia était juste, rester avec elle, la mettrait forcément en danger ne serais-ce qu'à cause de balle perdue. De toute façon, je ne veux pas qu'elle se retrouve impliquée dans cette histoire. Et même si son oncle est un con, il a le sens de la famille et ne se servirait pas d'elle pour m'atteindre.

Je prie le temps de réfléchir avant de donner ma réponse à Lucia, peut-être que si je lui révélais que mes pouvoirs étaient loin d'être dangereux et que je n'avais pas l'intention de l'aider, elle me planterait ici ou même se défoulerait sur moi.
Enfin je lui répondis :
"Tant que je ne serais pas sûre à 100% de la manière dont nous pouvons communiquer ce virus, je ne prendrais pas de risque…
Il est vrai que mes pouvoirs sont étranges, mais pas plus que les tiens. Ce que j'ai découvert, c'est que je peux plus ou moins communiquer avec les animaux et j'ai également accès aux rêves des personnes endormies, c'est tout ce que je sais, j'évite d'y avoir recours, je ne sais pas trop quels effet ça peut avoir sur mon organisme. Je ne sais pas toi, mais pour ma part depuis ce test je suis assez souvent prise de maux de tête.
"


J'arrêtais de parler, peut-être en avais-je trop dit, mais une chose était sûre, je ne devais pas lui parler de mon beau-frère, car si elle avait l'intention de se venger, elle ne prendrait pas de gant et, ça mettrait ma fille et ma sœur en danger. Je n'aurais décidément pas dû venir emménager à Moscou. Pourquoi me suis-je laissée convaincre de vendre la maison des parents ?

© HeleneM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://testcss.forumpro.fr/h1-accueil

Attention v'là l'Admin !
avatar

Appelez-moi

Messages : 138
Age : 23
Avatar : Blake Lively
Crédit : Arwene
Double Compte : non

MessageSujet: Re: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   Dim 19 Jan - 17:04

La réponse que me fournit Andrée me déçut un peu. Je pensais qu'elle aussi possédait des pouvoirs puissants, utiles pour ma vengeance. Mais il se révélait qu'elle faisait de la télékinésie avec les animaux et qu'elle voyait les rêves des gens. Foutaise. Cela ne servait qu'à épater la galerie ou jouer à Inception. J'affichais un petit sourire au début, qui petit à petit inversait sa courbe pour devenir une moue de déception. Cette personne ne me servait à rien. J'hésitais à la brûler sur le champ, comme ça elle n'aurait plus peur de contaminer les gens, mais vu que nous connaissions toutes les deux la même galère à cause de ce virus de merde, je décidai de l'épargner. Je la fis part de ma décision sur un ton de menace :

- Tes pouvoirs ne me serviront à rien, à part si tu arrives à convaincre des tigres ou des éléphants de foncer sur les gardes. Tant pis, je trouverai bien quelqu'un qui m'aidera dans mon plan. En toute honnêteté, je me suis demandé si j'allais te laisser vivre, mais tu n'as pas l'air d'être mon ennemie et nous sommes de la même "race". Mais sache que la prochaine fois que nous nous croiserons, je ne suis pas sûre que j'aurai la même compassion. Sur ce, adieu Andrée.

Je lui tournai les talons et me dirigeai vers la sortie du parc. Maintenant, qu'est-ce que j'allais faire de ma journée ? Peut-être quelqu'un d'autre qui voudrait aussi se venger ? Ou peut-être que mon ancienne interlocutrice dessert les mêmes desseins que moi en fin de compte. En chemin, je croisai un homme qui galèrait avec son briquet pour allumer sa cigarette. Étant un peu de mauvaise humeur, je fis en sorte qu'une énorme flamme sortit de celui-ci, ce qui effraya l'homme et le fis partir en hurlant. Prenez garde monsieur le président, la prochaine fois ce sera votre tête que je brûlerai.

(Tu conclus ou je conclus ?)





Aussi haut que l'on monte, on finira tous par des cendres
Au moment où un Homme prend la décision finale et irréversible de se tuer...c'est qu'il est déjà mort

Carte d'identité d'une meurtrière --> Mi chiamo Lucia C. Viazza...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Attention v'là l'Admin !
avatar

Appelez-moi

Messages : 418
Age : 24
Avatar : Charlotte Gainsbourg
Crédit : last.fm
Double Compte : aucun

MessageSujet: Re: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   Mer 22 Jan - 15:37

Charlotte Gainsbourg
Une bête en liberté
Avec Lucia C. Viazza & Andrée Alix
Sa fiche | Ses liens | Son carnet de bord


J'eus un peu de mal à comprendre la réaction de mon interlocutrice ainsi qu'à déchiffrer son expression, je devais avouer qu'elle me faisait un peu peur. Mais elle n'avait aucune raison de me tuer… n'est-ce pas ?

"Tes pouvoirs ne me serviront à rien, à part si tu arrives à convaincre des tigres ou des éléphants de foncer sur les gardes. Tant pis, je trouverai bien quelqu'un qui m'aidera dans mon plan. En toute honnêteté, je me suis demandé si j'allais te laisser vivre, mais tu n'as pas l'air d'être mon ennemie et nous sommes de la même "race". Mais sache que la prochaine fois que nous nous croiserons, je ne suis pas sûre que j'aurai la même compassion. Sur ce, adieu Andrée."

Ah, bah si, ça ne l'empêcherait pas de me tuer. Avant que j'aie pu répondre, Lucia s'était déjà éloigné, je ne cherchai pas à la retenir, d'après ce que j'avais vu, elle pouvait me brûler en un souffle et elle n'aurait aucun remords à le faire. Ce que j'avais appris de cette rencontre m'effrayait, Lucia se préparait à entrer en guerre avec les responsables de notre état et elle ne devait pas être la seule dans ce cas. Puisqu'ils s'étaient servis de condamnés à mort, il devait s'agir de personnes ayant l'habitude de se servir de la violence comme réponse à tout. Et une chose était sûre, ma fille était doublement en danger, il y avait non seulement un virus étrange qui devait se répandre dans Moscou, mais en plus des psychopathes capables de tuer ou pire, sur un coup de tête, se baladaient tranquillement dans les rues.
Je me sentais mal, des choses horribles se préparaient et tout ce que je faisais c'était fuir et me cacher. Mais c'était tout ce que j'avais trouvé comme solution pour protéger Hannah. Comme elle me manquait…
Je regardais Lucia disparaître impuissante, elle était dangereuse et pleine de haine et, elle était libre comme l'air. Moscou allait connaître des jours sombres, il fallait partir, mais avant de retrouver ma fille et ma sœur pour les convaincre de partir loin, il fallait que j'en apprenne plus sur la manière dont le virus était contagieux, afin de ne pas prendre le risque de contaminer ma fille chérie.

Lorsque Lucia s'évanouit de ma vue, je me décidais à bouger de ce banc. Pour ne pas sombrer dans une dépression passagère, je me dirigeais vers un arbre et m'allongeais à son pied histoire de faire une sieste.

© HeleneM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://testcss.forumpro.fr/h1-accueil


Appelez-moi
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une bête en liberté (avec Andrée Alix)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une bête en liberté (avec Andrée Alix)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» travail en semi liberté avec All Right
» Un bon moment en liberté dans le camp avec Mon ami indien. Mais il falait qu'une jument arrive??!( parachute)
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIRIDIM EQUUM PROJECT :: Moscou :: Vostotchny Okrug :: Parc-